Habitat et biotope de la morille

Des morilles dans leur habitat et biotope naturels (morille commune - morchella esculenta)
Des morilles dans leur habitat et biotope naturels (morille commune - morchella esculenta)

Vous voulez mieux connaître l’habitat et le biotope de la morille ? Découvrez tout ce qu’il faut savoir dans notre article.

Arrêtez de chercher dans des endroits inadaptés et apprenez en plus sur le véritable habitat et biotope de la morille !

C’est parti !

Des morilles dans leur habitat et biotope naturels (morille commune - morchella esculenta)
Des morilles dans leur habitat et biotope naturels (morille commune – morchella esculenta)

Le biotope et l’habitat parfait pour la morille

Les forêts récemment élaguées

Une zone de coupe est à la fois une mauvaise et une bonne nouvelle pour cueillir la morille.

C’est une mauvaise nouvelle, car cela signifie que le coin n’est pas pérenne pour l’habitat de la morille. Les morilles ectomycorhiziennes ne repousseront jamais plus sur cette zone, car elles ont besoin des racines des arbres pour prospérer. C’est le cas des morilles blondes, par exemple.

En revanche, c’est une bonne nouvelle si la coupe ou l’élagage a eu lieu 1 ou 2 ans auparavant. Car la coupe des arbres va entraîner une libération importante de nutriments dans le sol sous forme de sève. Cet apport en nutriment va permettre aux morilles saprophytes de se développer de manière importante, dans un dernier élan de survie.

Ainsi, la première chose que vous pouvez retenir est que le biotope de la morille nécessite un apport en nutriment et en sucre (souvent sous forme de sève ou de copeaux en décomposition). Cet apport, se fait selon deux modes : soit elle profite des nutriments de la matière en décomposition (dans le cas d’une coupe de bois) soit elle profite des nutriments transmises par les racines des arbres. (dans le cas d’un spot pérenne).

Les cartes chasseurs de champignons

Vous ne le savez peut-être pas, mais nous proposons sur notre site, des cartes régionales pour apprendre où trouver les meilleurs biotopes et habitats pour la morille. Ces cartes vous permettent de localiser sur une carte, avec une grande simplicité, quelles zones sont les plus propices pour les morilles près de chez vous.

Comment fonctionnent nos cartes ? Nous sélectionnons un ensemble de paramètres importants pour localiser directement les meilleurs biotopes : les bons arbres (frênes, charmes, noisetier…), le bon type de sol (calcaire avec un pH suffisamment haut), à la bonne altitude, au bon moment…

Les sols retournés

Ce point rejoint globalement la partie « Les forêts récemment élaguées », en effet, les sols retournés vont souvent être associés aux racines blessées. Ces racines blessées vont libérer des nutriments et vont induire des pousses spontanées de morilles.

Il s’agit donc d’un corollaire du premier point dont nous avons parlé. La morille aime les sols riches en nutriments, et c’est un élément important de son biotope.

Les points d’eau

Un autre élément important du biotope de la morille est l’humidité ! Celle-ci s’épanouira davantage sur des terrains humides. Ainsi, les rivières constituent des habitats idéaux pour abriter des morilles. En effet, le cours d’eau apportera une humidité suffisante et sera très favorable à la pousse des morilles.

Par ailleurs, la proximité avec des rivières aura tendance à rendre le sol sablonneux et donc perméable aux nutriments libérés par les racines des arbres ou par la matière organique en décomposition. Il s’agit d’un excellent paramètre dans l’identification du bon biotope pour la morille.

Ainsi, la prochaine fois que vous voulez choisir le biotope idéal pour la morille, pensez aux bords de rivières !

Les forêts brûlées

On continue avec un autre type de lieu qui peut vraiment fonctionner pour la morille ! Il s’agit des zones brûlées ! Pourquoi ? Car le feu va supprimer toute concurrence pour la morille, et c’est une très bonne nouvelle, car la morille n’aime pas la concurrence ! Elle poussera souvent sur des zones nus ou avec un minimum de concurrents pour s’accaparer l’ensemble des nutriments nécessaires à sa fructification et à sa croissance.

Vous ne le savez peut-être pas, mais aux États-Unis et au Canada, la morille de feu est très répandue car les incendies y sont fréquents dans ces régions.

Les arbres « sucrés »

La morille aime les arbres mellifères. C’est une sacrée gourmande ! Ceux-ci vous aideront à vous concentrer sur le biotope idéal pour la morille.

En effet, il n’est pas rare d’avoir, dans l’habitat de la morille, des vergers d’arbres fruitiers (pommier, arbousier, …) car c’est un élément central dans l’identification du bon biotope pour la morille ! Bien entendu, d’autres arbres feront aussi l’affaire : frêne, noisetier, charme, sorbier…

Les plantes calcicoles

Si vous avez déjà ramassé des morilles, vous avez sûrement déjà remarqué que les plantes qui poussent à proximité sont toujours un peu les mêmes : ail des ours, lierre terrestre, ficaire, hellébore fétide, primevère…

Et c’est normal ! Ces plantes sont toutes calcicoles ! Elles poussent surtout sur sol calcaire ! Et comme par magie, et c’est aussi le cas de la morille !

Ainsi, les plantes peuvent aussi vous aider à identifier le bon biotope pour la morille !

Découvrez directement le bon biotope pour la morille

Vous l’avez vu dans cet article, identifier le bon biotope ou le bon habitat pour la morille, n’est pas toujours une chose aisée. Ainsi, pour vous aider à aller plus vite dans votre recherche, nous avons recensé toutes les zones de votre région qui peuvent être intéressantes pour chercher la morille. Découvrez nos cartes régionales à l’adresse de notre site.

Partager l'article

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*