Fausse girolle ou fausse chanterelle – Hygrophoropsis aurantiaca

Plusieurs fausses girolles, le champignon qui ressemble à la girolle.
Un groupe de fausses girolles sous différents angles

La girolle est un champignon très convoité à l’arôme subtil et fruité. Mais celle-ci peut parfois être confondue avec la fausse girolle ou fausse chanterelle (Hygrophoropsis aurantiaca). Or, si l’on est vigilant, il n’y a aucune raison de confondre la girolle avec un autre champignon ! Comment éviter la confusion ?

Quel est le risque de confondre la vraie girolle avec la fausse girolle ?

À vrai dire, il n’y a pas de lourde conséquence à confondre la girolle (du genre Cantharellus) avec la fausse girolle qui n’a d’ailleurs rien d’une girolle. La fausse girolle (Hygrophoropsis aurantiaca) n’est pas toxique, mais sa chair molle et insipide n’a aucun interêt gustatif. Attention toutefois, la girolle peut aussi être confondue, par exemple, avec le pleurote de l’olivier (Omphalotus illudens), qui lui, est un champignon gravement toxique provoquant nausées et diarrhées : ce dernier pousse en touffe sur le bois mort, souvent les vieilles souches, le plus souvent en été et au début de l’automne ; il possède des lames jaune orangé vif, longuement décurrentes (la girolle pruineuse ne possède pas de véritables lames, mais des plis fourchus).

Comment identifier la fausse girolle ?

La période de pousse

Bien que ce soit un critère à prendre avec des pincettes, en France, il est plus commun de croiser la fausse girolle plutôt en automne. En outre, elle pousse surtout sous les conifères, et est notamment fréquente sous les pins.

Le stade précoce

Son chapeau est convexe au départ avec une marge enroulée.

Le chapeau

À un stade plus avancé, le chapeau mesure entre 3 à 8 cm, il est étalé et parfois déprimé. D’une couleur jaune à orangée. Le centre du chapeau est en général plus foncé que son bord.

Les lames

Les lamelles sont nombreuses et décurrentes en haut du pied. Elles se détachent facilement de la chair du chapeau, par exemple en s’aidant de la pointe d’un couteau.

Le pied

Le pied est relativement court, plein au stade précoce et de la même couleur que le chapeau puis il se creuse avec l’âge et tire sur les tons bruns.

La chair

La chair est molle, flasque, inodore et insipide.

Mais alors comment identifier une vraie girolle ?

La période de pousse

La girolle pruineuse se rencontre du printemps à l’automne, de mai à octobre.

Le chapeau

Le chapeau est d’abord très pâle, blanchâtre, puis jaune à orangé, il mesure entre 5 à 15 cm, il est convexe dans son jeune âge puis en forme d’entonnoir.

Les lames

Il ne s’agit pas de lames, mais de plis fourchus et décurrents sur la base du pied. Plutôt pâles en allant vers le pied, ils sont en général d’un jaune plus intense en périphérie du chapeau.

Le pied

Le pied est large, ferme et sa surface jaunit lentement au toucher.

La chair

La chair est épaisse, ferme, pâle, jaunit lentement à la coupe et dégage une agréable odeur d’abricot ou de mirabelle.

Vous savez maintenant les distinguer !

Bravo, vous savez maintenant reconnaître les girolles des fausses girolles ! C’est super ! Mais savez vous trouver les celles-ci ? Nous proposons sur notre site des cartes pour trouver les meilleurs coins à girolles !

Vous souhaitez aussi peut-être visiter notre rubrique pour reconnaître d’autres champignons toxiques ou mortels

Un mot sur l’Auteur Guillaume Eyssartier est un mycologue français, docteur en sciences du musée national d’histoire naturelle de Paris. Biologiste de formation et spécialisé en biologie végétale. Il est l’auteur de nombreux articles scientifiques et d’ouvrages à succès de vulgarisation mycologique

Partager l'article

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*